samedi 8 décembre 2007

La saga de Hrolf Kraki de Anderson

Bonjour !
Aujourd'hui je vous parle d'un livre qu'un homme, que je nommerais Ami sans soucis, m'a offert pour mon anniversaire l'an dernier. Hrolf Kraki!
C'est une saga Viking qui se dévore en quelques heures pour peu qu'on ait le temps.
L'histoire, qui raconte la vie de Hrolf et de tous ceux qui vont graviter plus ou moins autour de lui, se déroule dans les terres Vikings d'antan, et l'auteur, sans qu'on ait à se forcer, parvient à nous faire pénétrer en spectateur actif dans ce monde. On se prend à imaginer, scène après scène, les images qu'il décrit.
Les héros sont attachants ou haïs, c'est selon. Les moeurs et les coutumes, même si le livre est romancé, sont une parfaite initiation pour le néophyte que je suis, sans pour autant être une simple vulgarisation.

Le style de l'écrivain est bon, on pourrait imaginer ce livre tiré des romans d'antan, des vraies sagas. Après le gros inconvénient, c'est d'être "obligé" de chercher soi même à trier le vrai du faux, le roman de l'histoire. Mais d'un autre côté, même les côtés les plus "légers" au niveau de la réalité nous plongent dans la vision qu'auraient pu avoir les personnages à l'époque.

Ainsi, même si c'est un "pavé", je ne peux que le conseiller à tous ceux qui cherchent un livre pour découvrir l'univers des Vikings ou pour se relâcher après une lecture "historique". (N'oubliez pas, pour les VRAIS néophytes dans ce domaine littéraire, à recopier les noms des personnages sur une grande feuille pour noter leurs liens aux uns et aux autres, ça aide énormément!).

Alors pour une note, je donnerais un 17/20 (pas plus car ce n'est pas un livre que tout le monde peut lire)...

Une phrase, non tirée du livre, j'aurais: "Un livre pour les Poilus, les hommes, les vrais!"

jeudi 6 décembre 2007

Balzac et la petite tailleuse chinoise

Dai Sijie nous livre ici une véritable perle. Un côté satirique du système communiste de Mao et un côté rêveur quant au pouvoir des livres.

L'histoire raconte la vie de deux jeunes chinois fils de lettrés et devant être envoyés à la Campagne pour être Rééduqués dans un village de culs-terreux. Les deux jeunes, dynamiques et utopistes ne veulent pas abandonner leur façon de pensée pour un système qui ne leur correspond pas. Ils vont rencontrer une jeune tailleuse chinoise, fille du tailleur des villages de la montagne où ils vivent. L'ami du narrateur va entreprendre alors d'offrir à la jeune fille une culture pour qu'elle ne soit plus une vulgaire campagnarde.

Racontée ainsi, j'ai pleinement conscience que le livre semble léger et pourtant. Pourtant on y rencontre l'envie de lire des livres "interdits" car contre les idéaux que prônent Mao, l'envie de décrouvrir de nouvelles façons de pensées, des histoires d'amour ou autres choses "universelles". Les héros les découvrent à travers Balzac, Hugo, etc...
L'histoire n'est pas une simple histoire d'amour (au contraire), ni une simple "critique" du système chinois de l'époque. Le narrateur, c'est nous, c'est ce regard qu'on pense avoir face à un système qu'on ne comprend pas et qu'on ne veut pas comprendre. Sa façon de parler ou de penser nous lient à lui de façon quasi intime, et on se prend d'envie de lire le livre d'une traite!
Au final ce qui surprend, c'est que l'histoire est simplement une histoire. Il n'y a pas de super-héros, pas de méchants pas beaux super-armés. C'est juste l'histoire de deux jeunes "dissidents" dans une montagne...

Notez que je note beaucoup de termes entre Guillemets, ceci pour une raison fort simple, je les exagère et les traduit avec notre façon de penser.


Pour conclure, j'ajouterai que le livre est très bien écrit, sans pour autant être d'un niveau de langue très élevé. Ce qui en fait une oeuvre accessible à peu près à tous (une fois passé le stade de l'adolescence^^).
Et il existe un film tiré de ce livre, film qui a été réalisé par l'auteur du livre.
Ce qu'il est amusant de noter, c'est que le livre et le film sont pas mal proches l'un de l'autre (de mémoire, car j'avais vu le film à sa sortie en salle). La fin est la même, ce qui m'avait surpris dans le film me surprend à nouveau dans le livre...

Allez, ma tite note pour la route:
14/20. (Pourquoi 14? Parce que tout simplement, ça se lit trop vite, et que même si ça nous offre un voyage vers une Chine d'antan et une culture que nous n'avons pas connu, j'aurais aimé en avoir plus. Et puis, ce n'est pas LE grand roman qui révolutionnera le monde, même si le message principal qu'il véhicule quant au pouvoir des livres me semble important...

Une phrase? (Pas tirée du livre)
Soyez ce que vous lisez.

mercredi 5 décembre 2007

news

Bonjour,
Rien de bien nouveau sinon que la semaine prochaine je testerais sans doute pour la seconde fois mon jeu de société. La Traque des Zombies.
J'écris un texte qui, même s'il est sans prétention, me permet d'écrire.
Je vais devoir aller à la piscine Vendredi et ça je pense que je ne vois rien de pire pour le moment à dire...

Mon court métrage est en stand by, mais d'un autre côté, j'm'en fiche un peu si j'arrive de nouveau à écrire (même si là c'est le manque d'idées qui pêche (cf. Le clandé!))

Je poste bientôt le début de mon texte;)