lundi 19 mai 2008

No country for old men de McCarthy

Le livre à partir duquel les frères cohen ont fait leur film. Le livre avec un titre traduit par "Non, ce pays n'est pas pour le vieil homme."

Je l'ai acheté pour une raison simple, le film avait l'air violent. Et bien je ne me suis pas trompé en achetant le livre.
L'auteur écrit avec un style décousu. Pas de figures de style, énormément d'ellipses, un phrasé épuré. Des dialogues réduits au plus simple, mais qu'on imagine plausibles... Bref, l'auteur n'a pas cherché à écrire un livre de grande littérature avec des subordonnées embriquées les unes dans les autres, ou des métaphores filées ou des figures des styles variées...
Un livre simple donc...
Mais pourquoi faire?
Pour se centrer sur l'histoire. Pour ce centrer sur les personnages. Pour ce centrer sur le message que voulait transmettre l'auteur.

On suit l'histoire d'un homme qui a trouvé une malette remplie d'argent, de sales types qui le recherchent et d'un shérif qui veut comprendre ce qui se passe...
L'histoire est simple, on la comprend dès le départ. On se doute déjà de ce qui va se passer.

Mais alors où est l'intérêt?
C'est simple, le Shérif est l'homme central de l'histoire. C'est lui qui suit l'aventure, c'est lui qui la commente, c'est par son regard qu'on va traduire notre monde. Il est pour ainsi dire d'une autre époque, il voit le monde changer...

L'histoire est violente, les morts se comptent à la pelle, et pourtant l'histoire n'est pas vraiment là. La drogue, l'argent, les liens qu'il y a entre ces deux choses, les gens qui vivent pour l'un ou pour l'autre... L'histoire n'est pas là non plus...

L'histoire est vraiment dans le regard que porte le shérif sur tout ça... Pourtant, ce regard n'arrive qu'à la fin. Tout au long du livre on a les pensées du shérif qui se mèle à une narration directe et "objective" des événements, mais tout s'éclaire à la fin du livre.

C'est une petite perle que nous livre Cormac Mc Carthy! Même si par moments le style est perturbant, qu'on se reprend à lire les dialogues pour savoir qui vient de dire quoi, on est dedans. On ne peut se décrocher du livre. Il est presque hypnotique...

Si je devais le noter, j'irais allègrement au delà des 15/20... Sans doute pousserais-je jusqu'à 18-17...
Une vraie perle que je ne regrette pas d'avoir achetée sur un coup de tête!

Aucun commentaire: